Editorial

PERPÉTUER LA MÉMOIRE DE LA SHOAH

«Cela s’est produit et cela peut donc se produire à nouveau. C’est l’essentiel de ce que j’ai à dire.» Voici ce qu’écrivit l’écrivain et survivant de la Shoah Primo Levi à propos de la tragédie de la Shoah et de sa rupture avec la civilisation. Les survivants savent que l’histoire peut se répéter, parce qu’ils ont vu de leurs propres yeux de quoi sont capables les hommes. Nous n’avons pas le droit de ferme les yeux devant cet état de fait. En tant que fille de Juifs qui persécutés pendant la Shoah, mais aussi en tant que citoyenne suisse, je considère comme notre mission et notre devoir à tous de perpétuer la mémoire de la Shoah et de s’y confronter constamment. L’exposition «The Last Swiss Holocaust Survivors» est née de cette conviction.

UNE RENCONTRE AVEC LES DERNIERS SURVIVANTS EN SUISSE

Nous sommes à un moment charnière de la transmission de la Shoah, puisqu’il ne reste parmi nous que quelques témoins de ce génocide. Les portraits et récits des survivants de la Shoah sont au centre de l’exposition «The Last Swiss Holocaust Survivors» ; ils donnent une dimension personnelle à la Shoah et préservent sa mémoire pour les générations à venir. Les personnes qui sont montrées ici viennent de différents pays d’Europe et vivent aujourd’hui en Suisse alémanique et romande, ainsi qu’au Tessin. Ils représentent tous ceux qui ont survécu à la Shoah et ont trouvé une nouvelle patrie en Suisse. Les portraits saisissants du photographe Beat Mumenthaler montrent le visage de personnes dont on a autrefois voulu nier la dignité humaine. Ce sont des visages marqués par les récits de vie. On en apprend quelques aspects grâce aux films touchants du réalisateur Eric Bergkraut. Ce sont des histoires de survie, mais aussi des histoires de vie après la Shoah. Ceux dont nous présentons le portrait nous expliquent comment ils ont été privés de leurs droits et humiliés, comment ils ont survécu à la Shoah et comment ils ont continué à vivre ensuite. Ils racontent aussi comment le traumatisme et une profonde tristesse les habitent encore à un âge avancé.

POUR LES JEUNES ET LES GÉNÉRATIONS FUTURES

L’exposition «The Last Swiss Holocaust Survivors» montre, par le biais de portraits biographiques, où peut mener l’antisémitisme, qui est d’ailleurs en recrudescence aujourd’hui dans plusieurs endroits du monde. La mémoire de la Shoah doit aussi servir d’avertissement sur les lourdes conséquences que peuvent avoir le racisme et l’antisémitisme. C’est la responsabilité de notre génération de continuer à porter le message de «plus jamais ça». L’exposition s’adresse donc d’abord aux jeunes générations et veut les sensibiliser à la valeur et à l’importance de la tolérance. Je souhaite remercier du fond du coeur ceux dont le portrait est présenté ici ; je les remercie d’avoir la force de raconter leur histoire dans le cadre de cette exposition et de partager leurs expériences et leurs souvenirs qui sont parfois difficiles à exprimer avec des mots.

Anita Winter
Fondatrice et présidente de la Fondation Gamaraal